Skip to content

Ce n’est pas en ligne droite, mais en virages que Mercedes F1 dominait Red Bull au Qatar

Ce n’est pas en ligne droite, mais en virages que Mercedes F1 dominait Red Bull au Qatar

https://ift.tt/3nS9Nuo

Ce n’est pas en ligne droite, mais (...)

A Interlagos, Red Bull était vent debout contre le « moteur magique » et l’aileron arrière de Lewis Hamilton, supposés lui donner un avantage incomparable en lignes droites. Et en effet au Brésil, c’était seulement dans le secteur 2 (celui plus sinueux) que Max Verstappen pouvait battre Lewis Hamilton, alors qu’il était largement distancé dans les deux autres.

Mais à Losail, avec son « vieux moteur », c’est bien dans les virages, et non plus dans les lignes droites, que Mercedes a fait la différence. C’est ce qu’assure aujourd’hui Andrew Shovlin, ingénieur de course en chef chez Mercedes, et c’est évidemment une réponse aux accusations de Red Bull.

« Eh bien, si vous y pensez dans un sens très fondamental, vous faites votre temps au tour en fonction de votre performance en ligne droite, où les pilotes sont à plein régime, et puis en fonction de la performance en virage. »

« Sur certains circuits récents, nous avons égalé Red Bull dans les virages et en avons tiré un avantage en ligne droite. Mais au Qatar, ça a fini par être l’inverse. Nous étions à leur niveau en ligne droite et nous trouvions tout notre temps dans les virages. »

« Alors, d’où vient ce temps ? Eh bien, il y a vraiment deux aspects à mentionner. L’un est l’appui aérodynamique que vous pouvez avoir sur la voiture et clairement, notre package fonctionnait assez bien ici, nous aidant à générer beaucoup de vitesse en virage. »

« Mais il y a aussi l’équilibre de la voiture et c’est la chose que nous réglons avec les réglages mécaniques, les ressorts et les barres, aussi l’aileron avant que nous pouvons régler. »

« Et pour nos pilotes, ils avaient un équilibre dont ils étaient très satisfaits, ils avaient la stabilité à l’entrée, ils pouvaient attaquer dans le virage, prendre de la vitesse et finalement vous en avez vu la démonstration avec ce tour fantastique de Lewis pour la pole position. »

« Mais comme je l’ai dit, il y a beaucoup de facteurs, mais cette semaine, c’était vraiment la performance dans les virages qui a donné ce rythme. »

Mais pourquoi Mercedes n’a-t-le pas choisi de chausser le moteur d’Interlagos au Qatar ? Après tout, on ne savait jamais de quoi Max Verstappen et Red Bull seraient capables.

Pour Shovlin, c’était ainsi une évidence : il fallait économiser du kilométrage en misant sur la nature plus sinueuse de Losail, par rapport à Interlagos ou Jeddah.

« Ce n’était pas le moteur, le moteur frais, que nous avons pris au Brésil, qu’on avait au Qatar. »

« C’était un moteur plus ancien et parce qu’il est plus ancien, il a un peu moins de puissance. Maintenant, pourquoi faisons-nous cela au Qatar ? Eh bien, parmi les circuits restants, le Qatar a la plus courte ligne droite, la plus courte course à plein régime et il y a beaucoup de virages. »

« Donc, l’avantage de puissance que vous obtenez de ce moteur au Qatar est beaucoup plus faible que si vous le faites tourner sur les deux circuits restants. »

« Tout ce que nous faisons, c’est d’essayer d’équilibrer le kilométrage sur l’ensemble du pool, mais de nous assurer que lorsque nous utilisons le moteur le moins puissant, il y ait moins de pénalité pour cela et cela signifie également que lorsque nous arrivons sur les deux derniers circuits, nous allons avoir le plus de puissance possible. »

A. F1

via Nextgen-Auto.com https://ift.tt/3s05f46

November 25, 2021 at 12:21PM

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: