Skip to content

‘Un monstre de diva’ : Hamilton perplexe sur les réglages de sa Mercedes F1

‘Un monstre de diva’ : Hamilton perplexe sur les réglages de sa Mercedes F1

https://ift.tt/3cPYQTr

’Un monstre de diva’ : Hamilton (...)

Souvenons-nous qu’en début d’année, aux essais hivernaux à Bahreïn, la Mercedes était apparue comme une « diva », avec un comportement plus encore erratique qu’en 2017, année pendant laquelle Toto Wolff avait aussi qualifié la voiture allemande de diva, c’est-à-dire de monoplace difficile à régler et imprévisible.

Lewis Hamilton se souvient aujourd’hui de cette catastrophe dans le désert, juste avant le premier Grand Prix…

« C’était assez mauvais pour nos standards. Et vous vous concentrez juste sur la tâche à accomplir. Comment pouvons-nous rééquilibrer la voiture, comment pouvons-nous la ramener là où elle doit être, comment pouvons-nous améliorer la maniabilité, et c’est ce à quoi vous consacrez votre énergie, n’est-ce pas ? »

« Vous ne vous attardez pas sur le fait que ce n’est pas génial, vous essayez de trouver ce qui est bon et ensuite vous essayez de comprendre comment vous pouvez améliorer toutes les choses qui ne sont pas si bonnes. »

« C’est ce que nous avons fait et je dirais que l’année a été assez déroutante parce que nous sommes partis d’assez loin, mais nous avons réussi à gagner la première course. Il y a eu des courses où nous étions en tête, et puis il y a eu des courses où nous étions très loin et vous ne savez jamais vraiment comment elle, la voiture, va se comporter quand vous arrivez sur les pistes. »

En somme à chaque changement de règlement aérodynamique (très important en 2017, notable en 2021) Mercedes semble avoir des problèmes de réglages avec cette nouvelle voiture. Le règlement 2021 avec le fond plat entaillé a bien entamé les progrès de Mercedes faits entre 2017 et 2020, pour passer d’une diva à une voiture fondamentalement excellente.

« Définitivement, ça a tout gâché. Nous savions que nous allions perdre tout cet appui aérodynamique et une fois que nous avons découvert combien nous avions perdu, toutes les caractéristiques de la voiture ont changé, donc ce sur quoi nous avions travaillé pendant plusieurs années, en mettant la voiture dans cette bonne fenêtre de fonctionnement comme l’année dernière, ça a été un cauchemar de le défaire en jouant avec ces outils… quand vous ne pouvez pas réellement changer aucun des outils. Il faut juste essayer de trouver des moyens intelligents de travailler avec moins d’appui. »

« Il y a eu beaucoup d’éléments qui ont rendu les choses plus difficiles que jamais. C’est la voiture la plus difficile à régler et j’ai fait beaucoup de tests dans le simulateur, mais même lui n’est pas là où il est censé être – le niveau d’adhérence n’est pas bon ou l’effet du vent n’est pas bon ou le degré thermique n’est pas réglé correctement – vous pouvez obtenir de faux chiffres et vous devez être très prudent avec les données que vous recevez et les décisions que vous prenez. C’est un parcours en dents de scie. »

La diva est de retour… puissance mille

Il n’est donc pas trop surprenant de voir que le terme de ” diva ” soit réapparu en début d’année… Sans compter qu’avec la réduction d’une heure au total des essais libres le vendredi (c’est pire encore en période de qualifications sprint), régler la voiture est devenu plus encore complexe.

« La voiture a été très, très difficile à régler. Toto [Wolff] a dit qu’une de nos voitures était une diva, mais celle-ci est un monstre de diva. »

« De plus, nous avons eu moins de temps en essais libres, donc il a été plus difficile de mettre la voiture dans la bonne fenêtre. Et donc, quand vous ne mettez pas la voiture dans la bonne fenêtre, vous limitez votre potentiel. Donc je ne suis pas en mesure de maximiser mes capacités parce que les réglages ne sont pas au bon endroit, et il a été très, très difficile de les mettre au bon endroit. »

« Au Brésil, j’ai eu la voiture exactement là où je voulais. Et c’était comme si j’avais littéralement mis le doigt sur le problème. Mais c’est peut-être une ou deux fois que nous avons fait ça cette année. Je dirais qu’au Brésil, nous avons peut-être fonctionné de manière optimale, mais la plupart du temps, nous ne l’optimisons pas. »

« Donc vous regardez plus en profondeur dans les détails pour essayer de trouver toute performance qui reste. Si par exemple, la carrosserie est légèrement trop ouverte pour le refroidissement et que vous laissez 30 millisecondes de performance sur la table, vous vous cherchez plus que vous ne l’avez jamais fait auparavant. Vous êtes vraiment dur avec les gars : Fermez cette foutue voiture. »

« Ou ça peut être la chaleur des disques avant, ou la pression des pneus, les rapports de vitesse. Ou les changements de vitesses, ou le régime qui s’emballe aux départs. Ou l’objectif de carburant : s’assurer que vous ne finissiez pas la course avec quatre kilos de carburant et que vous laissiez une seconde de temps de course ou autre. »

« Donc ce sont des choses sur lesquelles j’ai appliqué plus d’énergie et sur lesquelles j’ai été beaucoup plus dur avec l’équipe. Parce que nous avons besoin de chaque milliseconde que nous pouvons obtenir, en particulier là où nous avons été vraiment très en retard. En entrant dans les détails partout… Je dirais que j’ai été plus engagé que je ne l’ai jamais été. »

A. F1

via Nextgen-Auto.com https://ift.tt/3s05f46

November 24, 2021 at 12:54PM

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: